Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Les Calètes de Thiétreville
  • : groupe folklorique normand
  • Contact

Recherche

/ / /

LE BONNET CAUCHOIS:

 

Si la paysanne de la pointe de Caux porte au quotidien , le costume traditionnel composé de la jupe en droguet, du tablier et du corselet agrémenté d'un fichu, et retient ses cheveux dans un petit bonnet rond, elle fait toilette les jours de fête.

c'est à la fin du XVIIIème s, et durant la première moitié du XIXème que la cauchoise aisée arbore cette grande coiffe si particulière appelée "bonnet cauchois".

D'abord porté avec une robe ou un déshabillé en indienne, il a aussi été le complèment des robes empires.Composé d'un cône recouvert de laméd'or ou d'argent, de soie ou de velours, brodé de strass, de cannetille et de paillettes, il est agrémenté de barbes et de mousseline bordées de dentelles.

La particularité est le montage de celles-ci qui varie d'un village à l'autre.

























Bonnet cauchois (Yvetot) fin 18ème-début 19ème siècle.


Sabot cauchois fin 18ème-début 19ème.

A chaque paroisse sa coiffe, à chaque milieu sa distinction:

Sous l'Ancien Régime, il était interdit aux femmes du peuple l'utilisation de certains matériaux nobles, soie, broderie, dentelles, or,... La Révolution abolit ce privilège et les femmes, profitant d'une liberté et d'une aisance nouvelles vont créer et embellir leurs coiffes jusqu'aux limites du "délicat à porter".

D'un simple bonnet de type cornette au début du XIXème siècle, la coiffe évolue au fil du siècle en objet de coquetterie, d'élégance où chaque personne affiche son rang social.La grande coiffe ornée de dentelles et de rubans ne se porte que les "grands dimanches et fêtes carillonnées". Utilisées pendant une période relativement courte, ces grandes coiffes seront remplacées peu à peu par des bonnettes plus modestes.






















bonnet du pays de caux

Serre tête de Haute Normandie XIXème s






















                                                                                                                                      Bocage Virois 1820-1850


le papillon d'Avranches.















              Bonnet rond d'Honfleur  XIXème.





laitière de Cherbourg

Coiffe de deuil

Bonnet piqué du Cotentin fin 19è s.
bonnet de fillette








La dentelle :
La Normandie fut une grande province productrice de dentelles à l'aiguille ou aux fuseaux.
La matière utilisée est le coton, le lin, la soie grège pour la blonde de Caen, la soie de couleur pour la dentelle de Courseulles.
La dentelle obtenue orne les coiffes, bonnets , barbes de coiffes, jupons, cols, robes pour les plus aisés.
Ces dentelles sont réputées en France comme à l'étranger.





Au quotidien, les femmes de nos campagnes sont vêtues d'une chemise de grosse toile, d'une jupe de droguet ou de cotonnade et d'un corselet de coutil.Un tablier protège la jupe.Un bonnet de coton ou une coiffe très simple dissimule les cheveux.Des bas blancs ou de couleur remplacent ou s 'ajoutent à la paille dans les sabots.
Se vêtir coûte encore au début du 19ème siècle, aussi on recherche d'abord la robustesse et l'aspect pratique du vêtement.Pourtant tout au long du siècle, le développement des moyens de communicationa permis l'arrivée en Normandie de matériaux textiles et autres provenant de contrées parfois très éloignées.
La circulation des personnes est aussi devenue plus facile. Ainsi les Normandes peuvent admirer les toilettes de ces citadines qui empruntent le chemin de fer à partir de Paris.
Forte est alors l'envie de ressembler à ces "belles dames de la ville".
D'abord réservées aux plus aisées, les nouvelles modes ne pénétreront les campagnes que lentement et progressivement.




















Le châle ou fichu réunit plusieurs fonctions couvrir, protéger et embellir et aussi traduire un désir de différenciation.
Le "mouchoir de cou" est le nom donné tout au long du XVIIIème s au carré de tissu croisé dans le décolleté . Au XIXème, il deviendra fichu.


LES DESSOUS





















 
Le Normand a toujours son bâton de frêne dès qu'il sort de chez lui ou quelquefois une canne à pommeau.Dans sa poche, la pipe et la blague à tabac, ou la tabatière, pour ceux qui prisent, côtoient les "bourses à louis".La Normande porte souvent une paire de poches amovibles pour ranger la monnaie et quelques accessoires féminins.
Les plus aisées ont des bourses de velours ou de satin brodées ou perlées.Les peignes à cheveux retiennent le chignon.
En Normandie, les parapluies sont souvent de sortie.Les paniers d'osier ou de rotin vont prendre leur place , de même que les sacs en cuir pour les voyages.


paire de poches






















Cape de femme  et son agrafe.(le rêve d'une de nos danseuses)

LES BIJOUX
Le bijou est le symbole de grandes étapes de la vie où la religion tient une place importante: baptême, communion, mariage,... En Normandie comme ailleurs, ils sont aussi des éléments de luxe qui affichent l'aisance matérielle de leur propriétaire.
Outre la croix, qui est le bijou le plus courant chez les Normandes, elles portent autour du cou : colliers de pierres, esclavages et sautoirs. Les bagues, bracelets et boucles d'oreilles composent aussi les bijoux des femmes les plus aisées. Au cours du XIXème , les bijoux ornent aussi les coiffes :épinges d'or...
Tous ces bijoux peuvent être en or, argent, pomponne mais aussi en crin, en cheveux en matériaux divers non précieux.



Les Normands , eux aussi , affichent ostensiblement leur position sociale et leur aisance par le port de bijoux: agrafes et boucles de blaudes, épingles de cravates, montres et chaînes.




La tête est couverte en toutes circonstances dans la maison comme à l'extérieur, dans la vie quotidienne comme à l'extérieur, dans la vie quotidienne comme les jours endimanchés, à table et au lit comme ailleurs.
Au début du 19ème s, les tricornes, les grands chapeaux à larges bords,"caudebe", chapeau à "cuve" sont très portés. Puis les casquettes " à pont " plus ou moins hautes, coiffent les ouvriers des faubourgs des grandes villes et ensuite, elles ont plus largement adoptées par les Normands.














Le dimanche, selon le milieu social, on porte le chapeau.Les Hauts de forme en "taupé" auront la faveur de la bourgeoisie, ensuite, le chapeau "melon" abonde un peu partout.



















Le "tous les jours" ce sont souvent des bonnets de laine ou de coton unis ou rayés, blancs ou de couleur.


LA BLAUDE
Sans être spécifiquement et exclusivement normande, la blaude est une pièce emblèmatique du costume masculin en Normandie.Par ailleurs, à travers ses différentes évolutions, elle se trouve portée du XVIIIème s jusque vers 1950, voire plus tard.

Au début, c'est un ample vêtement de toile serrée en lin, le sarrau, de couleur écrue ou bleue, que l'on enfilait par dessus ses autres vêtements afin de les protéger.

Puis vers 1830, la toile de lin se fait plus fine.La blaude, joliment brodée , devient un beau vêtement, parfois de cérémonie, comme celle dites "de mariage".

Vers la fin du XIXème, la blaude redevient un vêtement protecteur, grande ouverte sur le devant , elle est le vêtement de dessus très prisé par les maquignons et autres marchands de bestiaux jusque vers les années 1950.











































des gilets...

cravate

Cape d 'homme
 et son agrafe...le rêve d'un musicien...

Tout au long des côtes de l'Atlantique, de la Manche et de la mer du Nord, de la Hollande au Portugal, les pêcheurs ont porté le costume dont la grande particularité était la large jupe culotte faite de toile rustique couvrant jusqu'aux genoux le pantalon ou les bas de laine.Protégé par la vareuse et coiffé d'un bonnet , qui pouvait contenir la pipe et la réserve de tabac, le marin, lorqu'il n'allait pas pieds nus, était chaussé de semelles de cuir garnies de guêtres.
Au Pollet, dans les faubourgs de Dieppe, cette tenue est devenue costume d'apparat: uniforme aux couleurs vives agrémenté de bas blancs, de souliers à boucles et d'une toque de velours ornée d'une aigrette.



Ecaillière du Havre ( début 19ème)


Ceci est un bref exposé de la manifestation...allez y , profitez de celle-ci et du magnifique cadre qui est le réfectoire de l'Abbaye...

Partager cette page

Repost 0
Published by